L'HISTOIRE DU THEÂTRE DE CAROUGE-ATELIER DE GENÈVE

« Quelle ville de la taille de Carouge peut se targuer d’avoir un théâtre qui porte son nom à travers toute la francophonie ? » s’interroge Guillaume Chenevière à l’occasion du quarantième anniversaire du théâtre. La question est toujours valable. Le Théâtre de Carouge est une fierté pour les Carougeois, spectateurs ou non. Il fait venir annuellement plus de 50’000 spectateurs dans leur ville et retentir le nom de Carouge au-delà même de la francophonie. Mais comment la construction d’un tel théâtre, à quelques pas de Genève, fut-elle possible ?À travers cette brève histoire, regardons le destin incroyable d’une institution qui dépasse largement l’ambition culturelle de son lieu d’origine. »

 

Les pérégrinations de François Simon

Inquiétudes à l'orée de la saison 1963-1964, à partir de la minute 11'58 (RTS, 1963)

Ils nous racontent leurs souvenirs du Théâtre

  • GÉRALD POUSSIN - Dessinateur
  • MYRIAM DICKER - Librairie à La Librerit
  • MAURICE SCHNEEBERGER - Association des Amis du Théâtre de Carouge
  • RAYMOND ZANONE – Ecrivain
  • SYLVAIN BRAUCHI – Chroniqueur pour le Carougeois
  • et d'autres encore

Et d'autres encore s'expriment sur la page "leur Théâtre de Carouge"

François Simon, l'un des fondateurs du Théâtre évoque son parcours (RTS, 1972)

Le logo des années 1990