Spectacle hors-abonnement

Dämonen

de Lars Nóren
Mise en scène de Thomas Ostermeier

du 05 septembre au 06 septembre 2015

Durée 2H15, Salle François-Simon

Le samedi à 21h
Le dimanche à 17h

Spectacle en allemand surtitré en français
Réservation dès le 17 juin 2015

Un spectacle de La Bâtie-Festival de Genève

Un événement ! Thomas Ostermeier, le patron de la Schaubühne de Berlin, installe son décor infernal sur le plateau du Théâtre de Carouge-Atelier de Genève avec sa mise en scène de Démons, du sulfureux dramaturge suédois Lars Norén. Le temps d’une longue soirée, Frank et Katarina, un couple de trentenaires, se déchire, prenant à témoin ses voisins, conviés à l’improviste. La scénographie reconstitue un appartement branché berlinois : salon moderne et froid d’un côté, chambre et cuisine de l’autre. Entre les deux, une paroi de verre empêchant toute intimité, tout comme les caméras de surveillance qui traquent les personnages. Les acteurs, cloîtrés tels des fauves en cage, sont à tel point époustouflants de technique et de sincérité qu’on en reste baba. Avec ce huis clos domestique, on plonge dans la folie furieuse de la vie de couple : un spectacle qui remue nerfs et cœur.

Frank rentre chez lui. Il trébuche sur les chaussures de sa femme, s'étonne et s'énerve du désordre généralisé qui règne dans l'appartement, et des mégots qui traînent là où on les y attend le moins. Le chaos normal d'une relation normale. Il cherche un endroit où poser son sac en plastique. Ce sac en plastique contient non pas des achats mais les cendres de sa mère. Frank et Katarina n'ont pas d’enfants, ils s'approchent de la quarantaine et sont ensemble depuis neuf ans. Ils habitent un appartement chic mais désordonné et attendent l'arrivée du frère de Frank à l'occasion de l'enterrement. Mais celui-ci diffère son arrivée et une soirée tout à coup libre s'annonce menaçante.

Jenna et Thomas sont leurs voisins de dessous, ils ont le même âge, mais la vie leur a offert deux enfants et toute une série ininterrompue de petits malheurs inhérents à une vie de famille normale. Le riz que Jenna voulait emprunter conduit à une invitation à dîner. Les jeunes parents, épuisés par leurs enfants, pénètrent joyeusement dans l'enfer du couple formé par Frank et Katarina. La soirée prend d'abord des allures de « un petit couple rend visite à un autre petit couple », mais elle dégénère rapidement en une nuit pleine de dérapages. Les quatre protagonistes vont être intriqués dans une série d'humiliations, de provocations sexuelles, de confessions involontaires et d'agressions exhibitionnistes. La solitude agressive du couple sans enfants brise la prétendue idylle de l’autre couple. La volonté de posséder l'autre, devenue fantasme obsédant au fil des nombreuses rencontres furtives dans l'escalier, ne peut être exprimée de manière bienfaisante. Elle s'enlise dans de maladroites tentatives de vivre l'instant sans limites ni entraves. La peur de la solitude, le surcroît d'ennui de la vie à deux et l'espoir déchu d'une distraction redynamisante forment les murs d'une prison qui abrite les démons de la vie tapis dans les petites mesquineries, la méchanceté gauche, les menaces de séparation et la sexualité impotente du quotidien.

_____

Avec Lars Eidinger (Frank), Cathlen Gawlich (Katarina), Eva Meckbach (Jenna), Tilman Strauß (Tomas)

Dramaturgie Bernd Stegemann, Musique Nils Ostendorf, Scénographie et costumes Nina Wetzel, Vidéo Sébastien Dupouey, Lumières Erich Schneider

En collaboration avec La Bâtie-Festival de Genève

Production Schaubühne de Berlin

Thomas Ostermeier
Né en 1968 à Soltau, Thomas Ostermeier est metteur en scène. Après ses études au Hochschule für Schauspielkunst Ernst Busch de Berlin, il est nommé directeur artistique de la Baracke au Deutsches Theater Berlin, où il met en scène de nombreuses pièces dont, entre autres : Des Couteaux dans les poules de David Harrower (1997), Homme pour Homme de Bertolt Brecht (1997), Suzuki d’Alexej Schipenko (1997), L’Oiseau bleu de Maurice Maeterlinck (1999)… Depuis septembre 1999, il est membre de la direction artistique et metteur en scène à la Schaubühne Berlin. En 2004, il est nommé Artiste Associé pour le Festival d’Avignon. Il reçoit de nombreux prix internationaux dont, entre autres : le prix européen Nouvelles réalités théâtrales à Taormina (2002), pour la pièce Nora le Prix Nestroy et le Prix Politika en 2003. En 2009, John Gabriel Borkman d’Henrik Ibsen reçoit le Grand Prix de la Critique de France et Hamlet de William Shakespeare est lauréat du Barcelona Critics Prize. En 2009, Thomas Ostermeier est nommé Officier des Arts et des Lettres par le Ministre français de la Culture. En mai 2010, il est nommé Président du Haut Conseil culturel franco-allemand. En 2011 Thomas Ostermeier reçoit le Lion d’or de la Biennale de Venise pour son œuvre. Ses mises en scène sont invitées dans le monde entier.

Lars Norén
Poète, metteur en scène, dramaturge et auteur suédois né en 1944 à Stockholm en Suède, Lars Norén est considéré depuis longtemps comme le successeur d’August Strindberg, Tchekhov, Hjalmar Bergman ou Ibsen ; il poursuit la même thématique centrée sur les problèmes parapsychologiques, psychiatriques ou psychosociaux. Auteur de plus de quarante pièces de théâtre, son œuvre, sans être autobiographique, est imprégnée de résurgences personnelles telles que les perversions sexuelles, les maladies psychiatriques, les relations conflictuelles entre parents et enfants et le recours à la violence. Après avoir succédé à Ingmar Bergman à la tête du Théâtre national de Suède, Norén est depuis 1999 le Directeur artistique du Riks Drama au Riksteatern le théâtre national itinérant suédois. En 2007, il publie et met en scène une pièce de théâtre intitulée À la mémoire d'Anna Politkovskaïa, en référence à la célèbre journaliste russe assassinée en octobre 2006.